Université de Strasbourg

Actualités

juil. 25 2017

Vous avez décidé de vous inscrire en 1ère année de licence STAPS?Prenez le...

juil. 24 2017

Avant de finaliser votre inscription en 1ère année de licence STAPS, faites le...

Toutes les actualités

Partenaires

Vous êtes ici : Actualités & Agenda   >   Recherche   >   E3S   >   Thèses de doctorat et HDR

Thèses de doctorat et HDR

Dans cette rubrique sont présentées les soutenances de thèses de doctorat ou d'habilitations à diriger des recherches des membres de notre équipe de recherche.

Pour info : Liste des doctorants inscrits avec leur sujet de thèse

Remarque : cinq thèses (soutenues ou en cours) sont des cotutelles :
* Digennaro Simone : Université de Rome 2 (Italie) et Université de Strasbourg. Dir. : W.Gasparini/N. Porro
* Erckert Guillaume : Université Catholique de Louvain (Belgique) et Université de Strasbourg. Dir. : B.Michon/G. Derès
* Léglise Eva : Université de Perpignan Via Domitia et Université de Strasbourg. Dir. W.Gasparini/M.Camiade
* Takhalouicht Nabil : Université Mohamed V de Rabat (Maroc) et Université de Strasbourg. Dir. : R. Bourqia/W. Gasparini (en cours)
* Wipf Elodie : Université de Lausanne (Suisse) et Université de Strasbourg. Dir. : F. Ohl/G.Tribou


Thèses et HDR prochainement soutenues

 


Thèse de doctorat en STAPS : Daghan Irak

Titre de la thèse
Supportérisme et engagement politique sur les réseaux sociaux. Cyber-ethnographie des supporters de football stambouliotes lors du mouvement protestataire de « Gezi ».

Date et lieu
Le 19 juin 2017 à 14 heures (MISHA, salle Table Ronde).

Membres du jury
THÈSE dirigée par : GASPARINI William, Professeur, Université de Strasbourg
RAPPORTEURS : BROMBERGER Christian, Professeur émérite, Aix-Marseille Université ; İNCEOĞLU Yasemin, Professeure, Université Galatasaray
AUTRES MEMBRES DU JURY : AKGÖNÜL Samim, maitre de Conférences HDR, Université de Strasbourg ; GARCIA Marie-Carmen,Professeure, Université Toulouse III Paul Sabatier

Résumé
En 2013, dans le parc Gezi d’Istanbul, plus d’un million de personnes ont spontanément déclenché le plus grand mouvement protestataire que la Turquie a connu. Les supporters des trois clubs de football les plus populaires d’Istanbul y ont joué un rôle inédit tant par la forme de leur engagement que par leur mode d’action. Le terrain d’expression de cette contestation était essentiellement constitué par les réseaux sociaux en ligne. La thèse propose de comprendre les raisons de l’implication des supporters et interroge la forme politique de cette mobilisation. Au-delà du football, cet engagement est étroitement dépendant d’un ensemble de conditions historiques et sociales, et de représentations liées à une « doxa républicaine ». L’analyse netnographique sur Twitter (qui englobe les messages des supporters) nous a permis de repérer les traces de l’identité urbaine, laïque et « moderne » de ces participants de Gezi, leur rapport au politique et leur adhésion aux valeurs républicaines.

Mots clés
football, Turquie, réseaux sociaux, supportérisme, mouvements sociaux

Thèses et HDR soutenues
(depuis 2007)

Thèse de doctorat en STAPS : Mouhamadou Lamine Sakho

Titre de la thèse
Usages du corps et transmission : pratique de la lutte traditionnelle à M'bao.

Date et lieu
Le jeudi 8 septembre 2016 à 14h, Amphi des thèses (Nouveau Patio).

Membres du jury
Dominique JACQUES-JOUVENOT, Professeure, Université de Franche-Comté (Rapporteure)
Jean-Pierre AUGUSTIN, Professeur émérite, Université de Bordeaux-Montaigne (Rapporteur)
Dominique CHEVE, professeure agrégée, Université de la Méditerranée (Experte)
Marianne BARTHELEMY, professeure agrégée, Université de la Méditerranée (Experte)
Gilles VIEILLE MARCHISET, Professeur, Université de Strasbourg (Directeur)

Résumé
La spécificité historique de la pratique de la lutte traditionnelle à M’bao suscite notre intérêt. A travers le processus par lequel les acteurs, dans un parcours qui leur est propre et dans le contexte de ce village, s'inscrivent dans un espace de pratique.
Dans ce travail, notre projet consiste à appréhender la dynamique de transmission du jeu traditionnel de la lutte à M’BAO. Il nous a conduits à adopter une démarche heuristique qui prend appui sur le terrain. Plus particulièrement dans la manière dont l’expérience sociale se traduit dans un esprit du jeu pour se prolonger dans la nature des rapports sociaux. Nous avons choisi de porter un regard qui prend en compte, le sens que les acteurs affectent à leur pratique, leur rapport avec leur milieu social ainsi qu'avec l'espace de la lutte.
La connaissance de l'expérience pratique des acteurs est la source essentielle de notre compréhension du fonctionnement du jeu traditionnel de la lutte à M'Bao. Ce sont les témoignages d'un corpus d'acteurs de différentes générations qui nous renseignent sur la dynamique et les enjeux de cette pratique. Ces témoignages, sous forme de récits de vie, sont doublés d'une observation de l'espace de pratique. Par ailleurs une enquête sur l’histoire sociale du village nous permet de mettre en perspective les données recueillies.
L'imaginaire social à M'BAO entretient un lien étroit avec la mer. Les habitants du village sont identifiés comme étant des Lébous. Dans l'imaginaire collectif cette identification est en lien avec la pratique de la pêche. Il faut cependant noter le rapport que les villageois entretiennent avec la terre. Ils sont aussi agriculteurs. Ces pratiques socio-économiques fonctionnent comme institutions à côté de la croyance.
Une mythologie du rapport à la mer ainsi qu'à la forêt participe à l'édification d'une croyance traditionnelle axée sur la sensibilité à l'espace environnant.
L'ensemble de ces éléments contribue à forger une communauté imaginaire à partir de laquelle se développe un certain nombre de représentations. Notamment celles qui portent sur le corps dans ses usages et sa symbolisation.
Il est ainsi question, dans notre étude, d’usage du corps dans un espace donné, d'une histoire sociale du village de M’BAO du point de vue du jeu traditionnel de la lutte.
La lutte est une activité qui confronte, dans un duel, deux individus, plus particulièrement deux jeunes hommes. Cette confrontation entre deux personnes est une pratique dont les plus anciens lutteurs du village nous confirment l’ancienneté sans avancer d'hypothèses quant à ses origines. Néanmoins le récit de leur expérience ainsi que de leur vécu, du jeu de la lutte, nous fournit des éléments de compréhension de ce phénomène social.
La lutte traditionnelle est un duel qui, dans les pratiques, s'envisage dans une dynamique collective. Le lutteur est imprégné d’un espace de pratique qui reflète l’environnement social. Il prend appui sur son expérience individuelle mais sa pratique s’inscrit dans un imaginaire social. Le lutteur intègre un groupe dans lequel il acquiert les rudiments de la la lutte et avec lequel il dispute ses combats. L’entourage du lutteur s’implique de manière différenciée dans les différents temps de la lutte. Aujourd’hui, ce jeu culturel, de nature corporelle et physique, tend à participer de manière significative à la transformation des relations sociales, comme levier dans l’acquisition d'un statut social, en termes de reconnaissance.

Mots clés


HDR en sociologie : Michel Koebel

Titre
Sociologie de l'espace politique local. Focus sur les acteurs et les enjeux politiques du sport.

Date
Vendredi 27 novembre 2015 (14h-17h30, Salle des thèses, Nouveau Patio)

Composition du jury
Annie COLLOVALD, professeure de sociologie à l’université de Nantes, directrice du CENS, membre senior de l’IUF – Rapporteure
Jacques DEFRANCE, professeur émérite en sociologie du sport à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense – Rapporteur
Daniel GAXIE, professeur émérite de science politique à l’université de Paris I (Panthéon Sorbonne) – Rapporteur
Stéphane BEAUD, professeur en science politique à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense – Examinateur
William GASPARINI, professeur en sciences sociales du sport à l’université de Strasbourg – Examinateur
Hélène MICHEL, professeure en science politique à l’IEP de Strasbourg, membre de l’IUF – Garant

Résumé
Le mémoire d'habilitation à diriger des recherches en sociologie présenté comporte deux tomes.
Le premier tome est intitulé "Une sociologie politique empiriquement fondée. Retour sur vingt années d'enquête", suivi de : "Publications. Choix de dix publications". Un exposé préliminaire revient sur les logiques sociales et professionnelles qui peuvent expliquer le parcours de recherche et la diversité des sujets abordés, tous étant cependant centrés sur un objet central : l'espace politique local. Les dix publications proposées à la lecture des membres du jury ont été choisies en fonction de la diversité des sujets traités et des supports de publication.
Le second tome est intitulé "Sociologie de l'espace politique local. Focus sur les acteurs et les enjeux politiques du sport". Il propose un approfondissement progressif de la compréhension de l'espace politique local, en le situant d'abord par rapport à d'autres approches sociologiques. Il montre ensuite le caractère relatif de son autonomie (il ne constitue pas un champ sociologique à part entière) et les effets escomptés par ceux qui le croient ou le proclament plus autonome. Il analyse les différentes hiérarchies qui le traversent, puis les raisons et les conséquences, sur le plan démocratique, de la confiscation du pouvoir par une élite sociale et politique locale. Il montre que c'est le caractère dominé des acteurs concernés, dans un environnement de plus en plus concurrentiel, qui les contraint à construire et à défendre une "identité" locale. Ces différentes démonstrations sont ponctuées d'analyses appliquées au domaine sportif, en en montrant les spécificités, notamment à partir des enquêtes réalisées par l'auteur.
Il se termine par un programme de recherche poursuivant l'étude sociologique de cet espace, en le centrant sur l'analyse des politiques sportives, des acteurs concernés et de leurs enjeux.

Thèse de doctorat en STAPS : Flavien Bouttet

Titre de la thèse
Organiser la pratique sportive des personnes handicapées. Entrepreneurs et dynamiques institutionnelles dans la construction de l’action fédérale.

Date et lieu
Le 9 novembre 2015 à 14 heures au nouveau patio, salle des thèses.

Membres du jury
William Gasparini, Professeur à l'Université de Strasbourg– directeur de thèse
Anne Marcellini, Professeure à l'Université de Lausanne – rapportrice
Marina Honta, Professeure à l'université de Bordeaux – rapportrice
Serge Ebersold, Professeur à l'INSHEA de Paris – examinateur
Denis Bernardeau Moreau, Maitre de conférences HDR à l'Université Paris-Est – examinateur.

Résumé
À la fin des années 2000, de nombreuses fédérations sportives traditionnelles se structurent pour organiser une pratique à destination des personnes handicapées. Des transformations des organisations sportives internationales et locales favorisent cette nouvelle forme d’action fédérale. Au niveau national, des politiques publiques incitent également ces fédérations à un plus grand investissement auprès des populations handicapées. Mais l’action fédérale envers les personnes handicapées doit aussi être comprise à travers l’engagement d’acteurs particuliers. L’analyse de sept fédérations, en tant qu’institutions, démontre la construction d’une nouvelle catégorie d’acteurs souvent identifiés comme référents handicaps et pouvant être caractérisés d’entrepreneurs. Ces acteurs, soutenus par leurs dirigeants, investissent l’organisation de la pratique des personnes handicapées et rallient un nombre important d’acteurs fédéraux pour développer les projets. La mise en évidence des compétences sociales de ces entrepreneurs est aussi possible à travers l’analyse d’un travail de coopération avec des acteurs extérieurs à la fédération. L’étude des relations avec les fédérations spécifiques ou avec le ministère des sports, notamment par l’intermédiaire du pôle ressources national sport et handicaps met alors en exergue des luttes pour la manière d’organiser la pratique des personnes handicapées. Ces luttes renforcent la visibilité et le positionnement des différents acteurs impliqués dans les processus d’engagements fédéraux. Elles permettent également la caractérisation d’un espace national « sports et handicaps » en pleine recomposition face à l’enjeu de l’intégration des personnes handicapées au sein du monde sportif.

Mots clés
Entrepreneurs, institutions sportives, personnes handicapées, espace « sports et handicaps »

Thèse de doctorat en STAPS : Axel Nguema Edou

Titre de la thèse
« Les politiques publiques du sport et des pratiques corporelles traditionnelles au Gabon : rôle de l’État et implication des acteurs politiques »

Date et lieu de soutenance
Jeudi 22 octobre 2015 à 14h dans la salle des thèses du Nouveau Patio, Campus central de l’Université de Strasbourg.

Composition du jury
Gilles Vieille Marchiset – Professeur des Universités, Université de Strasbourg (Directeur de thèse)
Jean-Paul Callède – Chargé de Recherche CNRS (HDR), GEMASS, Paris (Rapporteur)
Marina Honta – Professeur des Universités, Université de Bordeaux (Rapporteur)
Aggée Lomo – Maître de Conférences HDR, Université de Strasbourg (Examinateur)
Joseph Tonda – Professeur des Universités, Université Omar Bongo de Libreville (Gabon) (Examinateur)

Résumé
La présente thèse analyse en profondeur le rôle de l’État et l’implication des acteurs politiques dans l’espace sportif gabonais. Elle étant son investigation dans le domaine des pratiques corporelles traditionnelles au Gabon. Cette recherche théorise un processus par lequel des acteurs construisent leur légitimité. Ce processus qui guide la problématique générale de ce travail est nommé théâdonlégitimation. Il permet de mettre un accent particulier sur la dimension de théâtralité des acteurs (Balandier), la logique du don (Mauss) et les différentes formes de légitimités (Weber) qui en découlent. C’est donc une thèse socioanthropologique qui s’appuie sur une forte dimension historique pour faire ressortir les logiques d’acteurs et les rapports de pouvoirs qui s’exercent dans l’espace sportif et politique gabonais.
Le corpus utilisé s’appuie sur une analyse documentaire très importante (coupure de presse, d’archives et photographies), des entretiens avec plusieurs types d'acteurs de l’espace sportif et d’une longue « participation observante » au Gabon. Elle se base sur une démarche à la fois inductive et déductive. Ainsi, elle fait ressortir les différents types d’instrumentalisations du sport et des pratiques corporelles traditionnelles développées par tous les acteurs de l’espace sportif gabonais (instrumentalisation réciproque). De plus, elle présente les différentes stratégies de légitimation développées par chaque acteur à partir du processus de théâdonlégitimation par le sport et les pratiques corporelles traditionnelles qui se manifeste davantage par l’organisation de manifestations sportives et culturelles où les acteurs se mettent en scène par des politiques de don afin de se légitimer sur un espace donné.

Mots-clés : Sport, pratiques corporelles traditionnelles, théâdonlégitimation, politiques publiques, État, acteurs politiques

Thèse de doctorat STAPS - Guillaume Erckert

Titre de la thèse
La « médiatisation anticipative » des Jeux olympiques de Pékin. Une sociologie du traitement journalistique des événements futurs.

Date et lieu de soutenance
Mardi 1er juillet 2015 à 14h30 dans la salle Fustel de Coulanges au Palais universitaire de Strasbourg.

Composition du jury
Pr. Bernard Michon - Université de Strasbourg (co-directeur de thèse)
Pr. Gérard Derèze - Université catholique de Louvain-la-Neuve (co-directeur de thèse)
Pr. Gérard Auneau - Université de Toulouse (rapporteur)
Pr. Marc Lits - Université catholique de Louvain-la-Neuve
Pr. Patrick Watier - Université de Strasbourg (président)
Pr. Fabien Wille - Université de Lille (rapporteur)

Résumé de la thèse
Les événements futurs, non vécus et encore inconnus, s’apparentent souvent à des phénomènes insignifiables de manière rationnelle et fondée. Pourtant, les journalistes de presse écrite annoncent régulièrement dans les colonnes des quotidiens nationaux les grands rendez-vous de l’actualité à venir. Soit autant d’événements politiques, sportifs ou culturels, programmés à l’agenda médiatique, qui n’ont pas encore eu lieu. Partant de ce constat, cette thèse aborde le processus de « médiatisation anticipative » en cherchant à comprendre comment certains journalistes du Monde, du Figaro et de Libération parviennent à donner objectivement du sens aux Jeux olympiques de Pékin, plusieurs années avant leur déroulement. A partir d’une enquête qualitative et compréhensive construite à l’aide des outils théoriques de la sociologie issue de la phénoménologie, nous avons analysé les logiques sociales et cognitives qui guident les journalistes dans leur prévision de l’événement. Il en ressort que l’anticipation de ce grand rendez-vous sportif est un processus journalistique raisonné bâti sur trois schèmes entremêlés. Le premier permet de contextualiser l’événement à partir des occurrences observées dans le présent. Le second l’identifie en le confrontant à d’autres événements passés typiquement similaires. Enfin, le troisième l’interprète par la projection d’un probable devenir.

Mots clés
Médiatisation anticipative, journaliste, événement futur, sociologie, phénoménologie, Jeux olympiques de Pékin.

Thèse de doctorat STAPS - Mickaël Heidmann

Titre de la thèse
Transferts et formation des jeunes footballeurs en Europe : du "rêve sportif" à la régulation politique. Une socio-ethnographie politique au coeur des institutions européennes.

Date de soutenance
Jeudi 12 décembre 2014 de 14h30 à 18h00

Lieu
Salle Tauler (Palais universitaire, 9 place de l'Université à Strasbourg)

Composition du jury

William Gasparini (Université de Strasbourg, STAPS, Directeur de thèse)
Jean-Michel De Waele (Université Libre de Bruxelles, sciences politiques, Rapporteur)
Andy Smith (IEP Bordeaux, sciences politiques, Rapporteur)
Stanislas Frossard (Conseil de l'Europe, membre invité)
Julien Zylberstein (UEFA, membre invité)

Résumé de la thèse
Quels sont les déterminants qui ont fait de Leo Messi un des meilleurs joueurs du monde ? Nous dépasserons, au cours de ce travail, l’analyse technique, afin de nous focaliser sur le traitement réservé aux migrations des jeunes footballeurs en Europe, du point de vue de la sociologie politique. Ainsi cette première question nous amènera à savoir qui, en allant des institutions vers les acteurs, régule et gouverne (pouvoir d’injonction et d’influence) véritablement le football européen, en partant de la manière dont sont formés, puis transférés, les jeunes footballeurs.
Cette question n’est assurément pas prioritaire au sein de la politique sportive européenne, même si des règles comme le fair-play financier de l’UEFA vont pousser les clubs à recruter des joueurs de plus en plus jeunes. En revanche, cette interrogation permet aisément la lecture de ce qui est en jeu à la jonction entre le champ sportif et le champ politique. Cet espace de positions sociales que constitue le football européen voit s’affronter des acteurs de l’UEFA, de la FIFA et du mouvement sportif d’un côté, avec d’autres agents issus de l’Union européenne, du Conseil de l’Europe ou des gouvernements nationaux, de l’autre.
Au final, nous montrerons comment répondre politiquement à un problème footballistique, ce qui passe par une volonté politique de haut-niveau. Ainsi, le processus de policy-making résulte d’un compromis rendu obligatoire par l’autonomie et la spécificité dont bénéficie le mouvement sportif, et combiné au poids des habitus nationaux. A l’avenir, la coordination entre les autorités publiques et le mouvement sportif sera un élément prépondérant de contrôle et de régulation pour faire face aux défis actuels dans le monde du football, comme celui des transferts, au sein duquel la frontière nationale est une catégorie qui aurait tout intérêt à laisser sa place à des règlements basés sur la distance.

Mots-clés
Football européen – Régulation – Transferts – Formation – Policy-making

Habilitation à diriger des recherches en STAPS - Daphné Bolz

Titre du mémoire d'habilitation
« La politisation des corps et des esprits en Europe de la fin de la Première Guerre mondiale aux débuts de la Guerre froide. Allemagne – Italie – Angleterre ».

Date et lieu
Mardi 2 décembre 2014 (Collège doctoral européen, auditorium, 14h)

Composition du jury
Philip Dine (Galway), rapporteur ; Teresa González Aja (Madrid), rapporteur ; Richard Holt (Leicester), rapporteur ; Jean Saint-Martin (Strasbourg), garant ; Alfred Wahl (Strasbourg)

Résumé
La diffusion internationale des pratiques physiques, et notamment du sport, s’est accélérée après la Première Guerre mondiale. Les progrès techniques, en particulier dans le domaine des médias, ainsi que les crises politiques et diplomatiques ont été des moteurs puissants de ce processus. Mon mémoire d’HDR propose une synthèse de mes travaux, lesquels consistent à analyser comment les pratiques physiques ont été investies par les questions politiques en Europe. Centré sur l’idée de « politisation des corps et des esprits », ce mémoire souligne l’aspect dialectique des processus historiques : on assiste, d’un côté, à une mise en scène des corps comme moyen de discipliner les esprits, d’un autre côté, à une sacralisation de la nation, d’une classe sociale et/ou d’idéaux politiques à prétention universelle comme moyen de discipliner les corps. Investir les terrains italien, allemand et anglais a impliqué de saisir les particularités de ces différentes aires culturelles. Il convenait de prendre en compte à la fois la grande variété des pratiques physiques (sport, éducation physique, fitness, Turnen…) et de leurs dénominations, et de questionner les différents types de politisation des pratiques. La synthèse proposée présente ainsi, dans un premier temps, les politiques publiques et privées menées en matière de pratiques physiques dans les trois pays et illustre concrètement leur mise en place à partir de l’exemple des espaces de pratiques. Dans un deuxième temps, l’analyse de la dimension esthétique en tant qu’outil de propagande politique est explicitée. Mes travaux ont questionné les mécanismes de la politisation des pratiques physiques de deux façons : (1) d’une part à travers l’étude de l’architecture des espaces sportifs ; (2) d’autre part par l’examen des mises en scène des individus, des masses et des symboles. Alors que les deux premières parties mettent essentiellement en parallèle les expériences italienne, allemande et anglaise, la troisième partie traite du rôle non négligeable des contacts et des influences entre les pays étudiés. Dans ce cadre, l’analyse des relations anglo-allemandes des années 1930 et de la reconstruction du sport allemand après la Seconde Guerre mondiale renforce la mise au jour des enjeux idéologiques et diplomatiques dans l’histoire des pratiques physiques en Europe au XXe siècle.

Mots clés
espaces, pratiques physiques, politique, Europe

Thèse de doctorat STAPS - Valérie Morales Gonzales

Titre
Le sport en débat : démocratie participative et politique sportive municipale. L’exemple des États Généraux du sport de Strasbourg

Date de soutenance
Vendredi 15 novembre 2013

Lieu
Salle des thèses (Nouveau Patio)

Composition du Jury
William Gasparini (Directeur de thèse)
Michel Koebel (Co-encadrant de thèse)
Loïc Blondiaux (Rapporteur de thèse)
Marina Honta (Rapporteur de thèse)

Résumé de la thèse
Dans le contexte d’un renouvellement des formes de gouvernance locale, nous assistons depuis quelques années à des expériences de débat participatif dont le sport est l’objet. Contribuant à un rapprochement à la fois spatial et affectif, ces dispositifs de démocratie participative entendent rénover une démocratie représentative qui serait en crise. A Strasbourg, alors que la démocratie locale s’instaure comme un nouvel outil de l’action publique, le nouveau pouvoir municipal en place depuis 2008 organise les Etats Généraux du Sport (EGS) et engage une dynamique innovante de démocratie par et dans le sport.
Issue d’une observation participante et d’une série d’entretiens, cette recherche propose une analyse interne tant du dispositif participatif local visant une nouvelle politique sportive municipale que des caractéristiques des acteurs engagés dans le jeu de la concertation. Elle met en lumière les enjeux sociopolitiques sous-jacents et invite à mieux comprendre la stratégie des élus dans la conception du débat public et dans la mise en scène de la voix des habitants intéressés par la question sportive. Dynamiques descendantes - au profit des élus - et dynamiques ascendantes -à travers la reconnaissance d’une expertise citoyenne- se conjuguent pour faire émerger un jeu participatif local particulier au carrefour de diverses logiques.

Mots clés
Sport – action publique – démocratie participative – expertise citoyenne – instrumentalisation

Thèse de doctorat STAPS - Cédric SCHIAVI

Titre
La prestation scénique de l'enseignant: élément négligé de l'enseignement

Date
Vendredi 27 septembre 2013 à 14h

Lieu
Amphi 2, Institut Le Bel

Jury
Directeur
TRIBOU Gary, Professeur, Université de Strasbourg
Rapporteurs
MENNESSON Christine, Professeur, Université Toulouse 3
OHL Fabien, Professeur, Université de Lausanne
TRIBY Emmanuel, Professeur, Université de Strasbourg
Autre membre
AUBEL Olivier, Maître d'enseignement et de recherche, Université de Lausanne

Résumé
Cette recherche consiste en l’étude des interactions sociales entre l’enseignant et les élèves du groupe-classe de l’école élémentaire, afin d’en saisir l’impact sur les apprentissages académiques.
De type ethnographique, l’enquête de terrain, entreprise à la fois dans une perspective interactionniste et une posture inductive, a participé à démontrer que le processus de production des performances scolaires est impacté par le type de socialisation scolaire qui est à l’œuvre au sein du groupe-classe. En effet, bien que les professeurs des écoles soient des fonctionnaires relevant d’une même institution, nous sommes parvenus à identifier différents modes d’actualisation de l’autorité pédagogique qui est au fondement de cette socialisation.
Si pour établir leur stratégie professorale les enseignants se base sur leur double lecture de la composition sociale du groupe des élèves et l’environnement local de l’établissement, des stratégies identiques peuvent se solder par des effets contrastés selon le type de prestation scénique qui est à la base de l’actualisation de l’autorité pédagogique.

Thèse de doctorat STAPS - Emmanuelle KLEIN

Date et lieu
Le 27 septembre 2013 à 14h en salle Pasteur (Palais U)

Directeur de thèse
Gilles VIEILLE-MARCHISET

Titre
Les rapports sociaux de genre dans les clubs sportifs de judo. Stratégies d'exclusion et d'intégration

Composition du jury
Marie Carmen GARCIA (Professeur), rapporteur
Dominique MALATESTA (Professeur), rapporteur
William GASPARINI (Professeur)
Paulette FOUILLET (membre de la direction technique nationale à la Fédération Française de Judo et Discipline associées)

Résumé
Le cadre de pratique du judo est spécifique et met en scène des éléments qui rendent l'étude des divisions par sexe dans les clubs sportifs de judo particulièrement intéressante. En effet, la socialisation corporelle et l'assimilation des codes non-officiels de la pratique visent à asexuer les corps et les judokas et de ce fait, favorisent l'apparition de relations de sexe neutraliséentre les pratiquants. Ainsi, à partir d’une analyse situationnelle de la division par sexe, nous avons pu mettre en exergue que les statuts sexués sont placés en retrait, au profit de ceux directement en lien avec la pratique ou les individus eux-mêmes. A ce titre, les judokas endossent une pluralité de statuts, qui se voient imbriqués et combinés les uns aux autres. Leur prise en compte dépend de la relation en cours : de ce point de vue, les relations entre judokas dans les clubs sportifs de judo s'articulent à partir d'une hiérarchisation de leurs statuts et des rôles qui y sont associés.

Mots-clés : judo, division par sexe, statuts, relations, neutralisation, socialisation corporelle, hiérarchisation, neutralité situationnelle.

Thèse de doctorat STAPS - Guillaume KUTTLER

Date et lieu
26 septembre 2013 au Collège Doctoral Européen de Strasbourg (amphi) à 14h.

Titre
"Corporéité des seniors, Pluralité des demandes sociales et propriétés socio-culturelles".
Sous la direction de B. Michon

Jury
B. Michon (Université de Strasbourg)
B. Andrieu (Université de Lorraine) Rapporteur
G. Auneau (Université de Toulouse) Rapporteur
R. Feillet (Université de Rennes II)
G. Vieille-Marchiset (Université de Strasbourg)
Prof. C. Régnier (Université de Strasbourg, invité)

Résumé
Les seniors n’auraient que récemment brisé le « tabou de la jeunesse» (Rochefort, 2004) et ne semblent de facto, plus exclus des pratiques physiques et corporelles. Ainsi, l’augmentation croissante de leur groupe d’âge (Richet-Mastain, 2007), réinterroge les problématiques autour de la corporéité de l’individu vieillissant, de son rapport à l’activité physique mais aussi à son corps de manière générale. L’étude du senior et de sa corporéité, définie par l’ « ensemble des traits concrets du corps comme être social » (Berthelot, 1983), constitue un objet de recherche relativement nouveau dans l’horizon de la sociologie contemporaine, et permet d’aborder scientifiquement la complexité du lien que nourrissent les pratiques corporelles avec ce groupe pluriel d’individus portant fréquemment « les stigmates de l’âge » (Lebreton, 2006). De part les enjeux déterminants induits par ce groupe social, et la diversité manifeste de ces mêmes seniors, cette interrogation sur leur corporéité prend de part sa réalité démographique et sociale, toute sa complexité mais aussi toute sa légitimité. Quelles sont alors les raisons de pratiques, et les motivations réelles des seniors s’adonnant à des pratiques corporelles ? Leur corporéité est-elle alors, subie ou choisie ? Quelles sont leurs demandes corporelles et quels sens donnent-ils à ces dernières?

Mots clés
Corporéité, Seniors, Demande corporelle, Entretien du corps, Pratiques corporelles utilitaires, Pratiques d’exercice corporel

Thèse de doctorat STAPS - Ekatarina SAFONOVA

Titre
Management interculturel : influence de la mentalité russe sur le management des entreprises et des organisations internationales.

Date de soutenance
Université de Strasbourg : 30 mai 2013

Direction
Gary TRIBOU, Professeur (Université de Strasbourg)

Résumé
Après avoir analysé la mentalité russe et son rôle dans la mise en œuvre d’un management interculturel autour de projets réclament la participation des Russes, nous arrivons à la conclusion que la mentalité est un phénomène complexe mais incontournable pour quiconque vise à développer des liens de partenariat économique avec les Russes. La complexité tient à la superposition de plusieurs dimensions d’analyse : culturelle certes mais aussi managériale, économique, historique, géopolitique. Cependant, deux facteurs nous semblent émerger : celui découlant de la période de transition économique et politique, et le fossé culturel intergénérationnel (séparant ceux qui ont connu la période soviétique et ceux qui ne l’ont pas connue). Or cet écart se manifeste largement plus dans le secteur public que dans le secteur privé. Quant à la mentalité russe en tant que telle, nous y avons relevé deux types de paradoxes. (1) Tout d’abord, certains paradoxes semblent immuables : il s’agit avant tout de ce mélange de patriotisme enflammé et d’autocritique lucide et très sévère adressée à leur pays. Vient ensuite le paradoxe lié à la coexistence d’un communautarisme traditionnel et d’un individualisme profond lui aussi (qui se traduit par un rapport schizophrène à l’Occident entre rejet total militant et imitation aveugle). (2) D’autres paradoxes sont liés à la période de transition que traverse actuellement la Russie et dont personne ne peut prévoir la fin : l’attitude vis-à-vis de l’argent qui va du rejet éthique à l’adoration sans freins, l’attitude à l’égard des rapports entre hommes et femmes qui oscille entre machisme d’un autre âge et féminisme conduisant à une indépendance des femmes carriéristes, l’attitude de patriotisme très ancré venant buter sur les réalités du marché qui conduisent les Russes à sous-estimer systématiquement leurs avancées techniques et managériales au bénéfice de celles développées en Occident et importées. Que faut-il retenir dans la perspective d’évaluer l’impact de la mentalité russe sur le management interculturel ? (1) Premièrement, la juste appréciation de la mentalité (faite certes de stéréotypes mais dont il convient de mesurer l’influence réelle) et du background historique nous est apparue très importante pour le développement des affaires ; y compris si on adopte un modèle classique de management mettant l’accent prioritaire sur l’efficacité. (2) En deuxième lieu, nous devons retenir que la culture corporative managériale est un facteur qui influence, en sens inverse, les mentalités sociétales en y ajoutant des éléments d’une identité complémentaire. Elle s’ajoute et transforme en partie les mentalités mais sans jamais aller jusqu’à gommer les spécificités nationales. (3) Troisièmement, nous avons constaté que les étrangers reconsidèrent largement leurs opinions sur les Russes à la suite de plusieurs années de travail en commun. Ces a priori sont particulièrement marqués dans le cas de la Russie car pèse lourdement l’héritage soviétique (et le souvenir stylisé de la dictature bureaucratique d’une nomenklatura de privilégiés omnipotents sur fond d’inefficacité économique) et les dérives éthiques consécutives au capitalisme sauvage (économie souterraine, argent sale, organisation mafieuse, etc.).
Finalement, il existe en Russie un tel écart culturel entre les générations, que les solutions semblent aller exclusivement vers les nouvelles générations. Ce qui n’est pas sans poser de problèmes socio politiques : comment associer, d’une part, les anciennes générations (formés « à la russe » et détenant l’autorité) et, d’autre part, leurs descendants ayant bénéficié d’une formation occidentale (et porteurs d’expertise) ? Dans la pratique (tant dans le secteur privé que dans le secteur public), le constat amène à renforcer les échanges universitaires et professionnels entre la Russie et les autres pays, et à encourager les jeunes à faire leurs études à l’étranger, à leur offrir des possibilités de formation professionnelle et de participation à des projets internationaux. C’est ce que montre l’enquête (surtout les entretiens avec des dirigeants occidentaux) et c’est ce que nous conduit à penser notre propre pratique d’organisation de projets de coopération (qui a inspiré et initié notre recherche).

Composition du jury
Wladimir ANDREFF, Professeur émérite de Sciences économiques, Université de Paris 1 - Panthéon Sorbonne, rapporteur ;
Isabelle BARTH, Professeur de Sciences de gestion, Université de Strasbourg, rapporteur ; Dominique DESJEUX, Professeur d’Anthropologie, Université de Paris 5 - Sorbonne, rapporteur ;
Catherine MERCIER-SUISSA, Maître de conférences HDR en Sciences Economiques, Université de Lyon 3, Présidente du jury ;
Gary TRIBOU, Professeur en STAPS – Marketing du sport, Université de Strasbourg, Directeur de la thèse.

Thèse de doctorat STAPS - Johanne GEIGER

Titre
La politique d'immigration à l'échelle d'une collectivité: entre intégration et communication. LE cas de la ville de Strasbourg.

Date de soutenance
Université de Strasbourg : 28 septembre 2012

Direction
Gary TRIBOU, Professeur (Université de Strasbourg)

Résumé
Capitale alsacienne et européenne au passé humaniste riche, cité frontalière et portuaire importante, Strasbourg est un carrefour historique des migrations. Quelle place faire aux étrangers et comment gérer une population issue de l’immigration importante et jugée « problématique » par les pouvoirs publics ?
Alors qu’ils n’ont plus été les bienvenus suite aux bouleversements économiques et sociaux consécutifs à la fin de Trente Glorieuses, que la France a pris diverses mesures pour endiguer le flot de l’immigration, il est aujourd’hui évident, au vu de la recrudescence du racisme, de l’antisémitisme ou des discriminations, qu’il faut que le pays trouve une alternative à une politique d’intégration dont l’universalisme ne parvient plus à garantir les valeurs françaises fondamentales et fondatrices de la Nation.
En s’appuyant, grâce à l’outil du Conseil des résidents étrangers (CRE), sur des associations référées à l’immigration, la politique d’intégration de la Ville de Strasbourg s’inscrit de façon originale dans cette discussion: elle permet d’utiliser comme ressources des groupes fondés sur des identités particulières afin d’entrer dans des négociations ou des débats politiques et sociaux. En invitant ces populations à s’exprimer, Strasbourg use du processus de racialisation (M. WIEVIORKA, 1996) comme d’un point de départ pour aider les individus à se faire une place dans la société.
Mais la politique est un art, selon G. BOUTHOUL (1967) et la communication politique vise à  faire adhérer l’électeur à des perceptions publiques orientées (J. GERSTLE, 2004). Dans notre société, où la diversité gagne à être prônée aussi bien par la Droite que la Gauche, il est judicieux pour Strasbourg de mettre en évidence une politique d’intégration basée sur la différence. Le CRE devient tribune de la Ville et stratégie électorale. En nous basant sur une enquête qualitative, nous visons à saisir dans quelle mesure la politique d’intégration menée par la Ville de Strasbourg s’inscrit dans une stratégie de communication.

Mots-clés : immigration, intégration, communication politique, pouvoir, visibilité

Composition du jury
Mme Catherine WIHTOL DE WENDEN, Directrice de recherche au CNRS (CERI), Paris
Mme Nadine HASCHAR-NOE, Maître de Conférence-HDR à l’Université de Toulouse 3
M. Jean-Michel DE WAELE, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles
M. Gilles VIEILLE-MARCHISET, Professeur à l’Université de Strasbourg
M. Gary TRIBOU, Professeur à l’Université de Strasbourg

Thèse de doctorat STAPS - Elodie WIPF

Titre
Action publique concertée et gestion des sports de nature. Une ethnographie participative dans une administration publique.

Dates de soutenances
- Université de Lausanne : 2 avril 2012
- Université de Strasbourg : 7 juin 2012

Direction (cotutelle Université de Lausanne – Université de Strasbourg) :
Fabien OHL, Professeur (Université de Lausanne)
Gary TRIBOU, Professeur (Université de Strasbourg)

Résumé
La problématique centrale de notre recherche est celle de l’étude d’une politique publique au cours de sa co-construction par des acteurs et groupes d’acteurs aux positions différenciées dans l’espace des sports de nature départemental. Nous nous demandons si les confrontations et la concertation de ces acteurs, au cours de la « chose publique en train de se faire » peuvent-elles faire évoluer la configuration locale des jeux d’acteurs et les positions de ces acteurs ? Les objectifs assignés à cette recherche relèvent de plusieurs dimensions qui ont participé à la démarche que nous avons pu adopter. Les objectifs poursuivis au travers des dimensions sociologique et théorique consistent à analyser le changement dans les processus de l’action publique, dès lors que celle-ci est mise en œuvre de façon concertée, c’est-à-dire, en associant le public au processus de construction d’une politique publique. Ces changements sont étudiés à l’aune de la perspective interactionniste de façon à évaluer si les interactions, leur contenus, leurs formes, les mécanismes qui ont lieu pendant celles-ci, ont une influence et des effets d’une part, sur la politique publique telle qu’elle se présente à la fin de son processus de construction, mais également sur les acteurs qui participent à la construction de cette politique. De par son objet et de par la position que nous occupions, cette recherche poursuit également des objectifs relevant de la dimension préconisatrice en termes de management public pour penser et mettre en œuvre des politiques publiques efficientes dans le domaine des activités sportives et récréatives se déroulant dans des espaces, sites et itinéraires de nature.

Mots-clés : action publique, concertation, acteurs, interactions, engagements, processus, arène publique

Composition du jury
- Olivier FILLIEULE (FSSP, Lausanne)
- Fabien OHL (FSSP, ISSUL, Lausanne)
- Thierry NOBRE (EM, UDS Strasbourg)
- Gary TRIBOU (STAPS, UDS, Strasbourg)
- Jean-Loup CHAPPELET (IDHEAP, Lausanne)
- Nadine HASCHAR-NOE (STAPS, Université Paul Sabatier, Toulouse)

Thèse de doctorat STAPS - Pierre WEISS

Titre
La fabrication du regroupement sportif "communautaire". Enquête sociologique sur les clubs de football « turcs » en France et en Allemagne.

Dates de soutenances
04 juin 2012 (salle des conférences, MISHA, 14h).

Direction
William GASPARINI, Professeur en STAPS (Université de Strasbourg).

Résumé
A travers une enquête sociologique sur les clubs de football "turcs" implantés en France et en Allemagne, notre recherche prend pour objet la fabrication du regroupement sportif à caractère "communautaire". Après avoir attesté, dans un premier chapitre, de la présence assez importante de clubs "turcs" dans le fossé du Rhin supérieur, nous cherchons surtout à répondre à deux questions partiellement liées : comment peut-on expliquer que les immigrés "originaires de Turquie" présentent un vigoureux développement sportif associatif ? Et quels sont les principaux ressorts sociaux et ethnico-culturels du football "entre-soi" ? Dans notre analyse, nous montrons que le "regroupement sportif turc" est essentiellement le produit d’une assignation imposée "de l’extérieur", exprimant un rapport de domination sociale et symbolique, et d’une affirmation venue "de l’intérieur", mettant directement en jeu des schèmes culturels et sociaux hérités du passé et issus d’un "ethos populaire". Tout au long de notre travail, en mobilisant la notion de "culture de contre-stigmatisation", nous défendons alors l’idée que le football opère comme un vecteur de réhabilitation symbolique auprès de populations "minoritaires" aux origines sociales modestes.

Mots-clés : football, entre-soi, immigrés de Turquie, clubs, ethnicité, ethos populaire, France, Allemagne

Composition du jury

Stéphane BEAUD, Professeur, Ecole Normale Supérieure, Paris.
Jacques DEFRANCE, Professeur, UFR STAPS, Paris-Ouest Nanterre La Défense.
William GASPARINI, Professeur, Faculté des Sciences du sport, Strasbourg.
Françoise LORCERIE, Directrice de recherches, CNRS-IREMAM, Aix-Marseille.
Stéphane de TAPIA, Directeur de recherches, CNRS, Strasbourg.

Thèse de doctorat - Vitaly TCHIRKOV

Titre
Déterminants du handicap moteur en République de Guinée. Causes et conséquences des déficiences des membres inférieurs chez les habitants de Conakry.

Date de soutenance
12 avril 2012

Direction
Dominique KELLER, Professeur Emérite (Université de Strasbourg)
Co-direction : William Gasparini, professeur (Université de Strasbourg)

Résumé
Lorsqu’elle s’inscrit dans un contexte tel que celui des pays en développement, la notion de handicap se caractérise par des tendances bien singulières. C’est notamment en République de Guinée que nous avons décidé de centrer notre travail, traitant des problématiques liées aux handicaps physiques et plus particulièrement aux déficiences des membres inférieurs. Les objectifs fixés dans cette recherche consistent à expliquer les causes et les conséquences de la prédominance de ce type de déficiences à Conakry. De plus, parmi d’autres problématiques que soulève notre travail, nous nous intéressons aux représentations que reflètent les handicaps et aux influences qu’elles subissent de la part des croyances traditionnelles et religieuses. Notre travail s’inscrit donc à la fois dans la volonté d’établir un état des lieux de la situation actuelle et dans la réalisation d’un important travail de terrain qui a été mené à Conakry entre 2008 à 2011 auprès d’un millier de personnes. D’après nos résultats, la principale cause des déficiences des membres inférieurs est liée aux séquelles de la poliomyélite et à la présence d’autres facteurs de risques tels que l’insécurité routière. De plus, selon nos analyses, près de 80% des personnes atteintes de ce type de déficience résidant à Conakry sont issues de l’exode rural. Une fois installées à Conakry, elles optent pour les trois modes de subsistance à savoir : la pratique de la mendicité (48%), l’occupation d’un emploi (16%) et la prise en charge familiale (18%). Par ailleurs, chaque mode semble déterminer leur participation et leur intégration au sein de la société. Enfin, nos résultats montrent que près de la moitié des Guinéens croit en la sorcellerie et en la nature maléfique des handicaps. Comme nous l’expliquons, ces croyances influencent négativement les représentations des handicaps. Pour conclure, selon nos analyses la majorité des Guinéens s’accorde à définir le handicap comme un phénomène biomédical et le considère comme un problème individuel et non social.

Mots-clés
République de Guinée, handicap, déficiences des membres inférieurs, prise en charge, modes de subsistances, croyances, représentations.

Jury
Dominique KELLER, Professeur Emérite en Staps, UDS, Directeur
William GASPARINI, Professeur en Staps, UDS, Codirecteur
Gilles VIEILLE-MARCHISET, Professeur en Staps, UDS, Rapporteur interne
Bernard ANDRIEU, Professeur en Staps, Université de Lorraine, Rapporteur externe
Otto SCHANTZ, Professeur en Sciences du Sport, Université de Coblence, (Allemagne) Rapporteur externe
Christian GUINCHARD, Maître de conférences, HDR, Université de Franche-Comté, Examinateur

Thèse de doctorat STAPS - Georges NSEIR

Titre
Des communautés et des sports au Liban. Enjeux des regroupements sportifs et des rencontres intercommunautaires.

Date de soutenance
13 janvier 2012

Résumé
Selon une opinion commune couramment répandue dans les pays occidentaux, le sport institué serait une école d’apprentissage, du sens du collectif, de la solidarité, du partage et des règles de vie : en bref, il socialiserait naturellement les jeunes en les intégrant dans la société.
Cette recherche nous a amené à nous intéresser aux formes de socialisation que la société libanaise offre aux « sportifs ». Si le fait de penser le sport d’une part comme apolitique et, d’autre part, comme une passion partagée par l’ensemble de la jeunesse ne date pas d’aujourd’hui, cette question se lit différemment au Liban, pays qui a subi des conflits internes et régionaux depuis plus de 500 ans. Organisé politiquement et socialement en « communautés », le Liban propose ainsi un modèle politique à base religieuse qui imprègne la vie quotidienne des libanais, y compris au sein du monde sportif. Chaque communauté est gouvernée par une autorité spécifique, régie par ses institutions et soumise à une juridiction autonome formée de membres appartenant à la hiérarchie religieuse, à laquelle l’Etat a reconnu la compétence d’appliquer ses lois et coutumes. Mis à l’épreuve du terrain, ce constat est pourtant à relativiser. L’enquête révèle que les clivages communautaires affectent profondément les instances de gestion des fédérations sportives et provoquent une répartition confessionnelle dans les comités de direction. Cependant, dans le sport comme dans d’autres domaines de la vie sociale, la communauté n’est jamais « pure » et l’on observe aussi des coalitions intercommunautaires dans le but de conquérir le pouvoir sportif. Partant d’une approche macro-sociologique, la thèse propose d’étudier le regroupement communautaire dans le sport associatif à travers deux monographies de club réalisées à Beyrouth afin d’analyser ces dynamiques confessionnelles: le Ryadi, à dominante confessionnelle musulmane, et son pendant chrétien, le club de la Sagesse. L’analyse sociologique montre à voir deux micro sociétés qui pratiquent « l’entre soi » sportif mais qui, dans le même temps, présentent une ouverture à la rencontre intercommunautaire.

Mots clés
Liban, Beyrouth, communautés confessionnelles, clubs, fédérations, jeu communautaire.

Composition du jury
William GASPARINI, Professeur en STAPS, Université de Strasbourg (directeur),
Christophe GIBOUT, MCF (HDR) en sociologie à l'Université du Littoral - Côte d'Opale (président),
Michel RASPAUD, Professeur en STAPS, Université de Grenoble (rapporteur externe)
Gilles VIEILLE-MARCHISET, Professeur en STAPS, , Faculté des sciences du sport, Université de Strasbourg (rapporteur interne).

Thèse de doctorat STAPS - Romaine DIDIERJEAN

Titre
Les pratiques physiques et sportives des filles originaires de Turquie : conditions de pratique, genre et appartenances culturelles. Une comparaison franco-allemande.

Date de soutenance
16 décembre 2011

Direction
William Gasparini, Professeur à l'Université de Strasbourg

Résumé
Ce travail de thèse a pour objet de soumettre un ensemble de données recueillies au cours d’une enquête menée en Alsace (France) et en Baden-Württemberg (Allemagne) sur le rapport que les jeunes filles d’origine turque entretiennent avec les activités physiques et sportives. Les sociologies du genre, du sport, de l’immigration et de l’éducation se mêlent dans l’étude de la place faite à ces jeunes filles dans le milieu des APSA, et de celle qu’elles y prennent. Au fur et à mesure qu’on les étudie, qu’on les observe et qu’on les écoute, notre point de vue s’affine : issues de l’immigration turque, de confession majoritairement musulmane, relevant d’une migration fortement populaire, et a fortiori femmes, la population que nous avons ici choisie d’étudier s’inscrit dans une dynamique où les stratégies sont à la fois individuelles et fortement tributaires d’influences collectives et de caractéristiques socioculturelles.
Aussi, le rapport des jeunes filles d’origine turque aux activités physiques et sportives se caractérise pour nombre d’entre elles par l’existence de « conditions de pratique » qui se traduisent, du côté français, notamment par un faible taux de pratique associative et l’émergence de dispenses de natation dans le cadre scolaire (phénomène peu fréquent outre-Rhin). Par ailleurs, la comparaison en tant que méthode nous a permis d’interroger de façon pragmatique la question de la mixité lors d’une activité aussi singulière que la natation où les corps se dénudent, se montrent (ou se cachent) et signent leur « statut » (Boltanski, 1971). Or, on ne saurait penser le corps sans son sexe, sans la sexuation (Fraisse, 1996).
Ainsi, les appartenances sociale, sexuelle et culturelle se conjuguent dans la construction de l’identité de ces filles et de ces jeunes femmes et expliquent, de façon interactive et cumulative, les freins que certaines peuvent rencontrer dans la pratique d’une activité physique ou sportive. En outre, des bricolages identitaires (Dubar, 2000) et autres arrangements entre les sexes (Goffman, 2002) s’expriment à la fois entre individus issus de la « communauté » mais également au sein d’espaces « interculturels » tels que l’école.

Mots-clés
sociologie - APS - genre - migration turque - école - conditions de pratique

Composition du jury
William Gasparini, directeur de thèse
Catherine Louveau, Professeur à l'université Paris-Orsay
Otto Schantz, Professeur à l'université de Koblenz (Allemagne)
Gilles Vieille Marchiset, Professeur à l'université de Strasbourg
Elke Grimminger, Expert, MCF Université de Fribourg (Allemagne)

Thèse de doctorat STAPS - Pascaline GUIOT

Titre
L’épreuve de la petitesse. Contribution à une étude sur les fins de carrières des triathlètes.

Direction
Fabien OHL, Professeur (Université de Lausanne)
Codirecteur : Gary TRIBOU, Professeur (Université de Strasbourg)

Résumé
Etre sportif à haut niveau, c’est être reconnu, voir devenir un héros. C’est ainsi se grandir, être mis en scène, médiatisé dans des lieux et de grands moments de consécration. Mais c’est aussi prendre le risque de connaître l’épreuve de la petitesse en fin de carrière, avec un certain  « rétrécissement »de la surface sociale (réseau d’amis, occupations, centres d’intérêts…
La reconversion du sportif a souvent été étudiée, mais plutôt par rapport au succès, à l’héroïsme sportif ou à l’économique (accès à la formation professionnelle, à un nouveau métier…).
Qui deviennent-t-ils et que font-ils au quotidien, après avoir été sous les feux du podium? Comment redescendre les marches et après retourner dans une vie plus ordinaire? Enfin est-ce réellement une épreuve pour tous, ou seulement pour ceux qui n’ont pas sût se construire une vie parallèle ?
Notre recherche vise à mieux comprendre le phénomène de l’arrêt de la pratique, à partir de l’étude des carrières pouvant expliquer en partie, les repositionnements personnels et sociaux du triathlète.

Mots-clés
carrière, épreuve, petitesse, identité, triathlon

Date de soutenance
27 septembre 2011

Composition du jury
Gary TRIBOU, Professeur STAPS, , Faculté des sciences du sport, Université de Strasbourg (codirecteur)
Fabien OHL, Professeur, Université de Lausanne (directeur)
Claire PERRIN, Maître de Conférences HDR STAPS, Université de Lyon (rapporteur)
Sébastien FLEURIEL, Professeur STAPS, Faculté des sciences du sport, Université de Lille (rapporteur)
Gilles VIEILLE-MARCHISET, Professeur STAPS, , Faculté des sciences du sport, Université de Strasbourg (rapporteur interne)

Thèse de doctorat STAPS - Amélie FUCHS

Titre
TRAJECTOIRE DE MALADIE CHRONIQUE ET CARRIERE SPORTIVE. Une approche biographique de l’engagement chez des personnes atteintes de mucoviscidose.

Date de soutenance
26 septembre 2011

Jury
Directeur de thèse : Fabien Ohl
Co-directeur de thèse : Claire Perrin (Université Claude Bernard, Lyon)
Rapporteur externe : Anne Marcellini (Université de Montpellier)
Rapporteur externe : Otto Schantz ( Université Koblenz- Landau)
Rapporteur interne : William Gasparini

Résumé
La mucoviscidose est une maladie chronique, létale et évolutive, qui retentit sur la vie quotidienne des personnes. Au fil des étapes de la maladie, les « mucos » vont être confrontés à des limitations fonctionnelles et sociales de plus en plus handicapantes. Avant les années 2000, le sport est peu préconisé car il renvoie à une pratique qui essouffle, voire qui peut être dangereuse. Face à ce « pouvoir négatif du contexte » (Lahire, 2007), certains malades (nés entre 1962 et 1991) s’engagent tout de même dans une « carrière » sportive (Hughes, 1937).
Notre travail consiste à étudier ces pratiques sportives « qui ne vont pas de soi » (Mennesson, 2005), et à analyser leur évolution au regard de l’avancée dans la « trajectoire de la maladie » (Strauss, 1985). Nous répondrons à des questionnements portant sur la façon dont les « mucos » entrent dans une carrière sportive, dont ils réagissent devant l’expérience de la régression de leur capacité. Parviennent-ils à dépasser les résistances physiques pour s’investir dans une activité sportive porteuse de sens et de valeurs ? L’enquête qualitative, réalisée à partir d’entretiens semi-directifs avec 35 sportifs atteints de mucoviscidose, révèle que les individus utilisent la carrière sportive pour maintenir leur biographie. Ces derniers mettent en place des stratégies dans le but de maintenir une continuité dans la carrière sportive, et ce, malgré les « moments d’inflexion » vécus au cours de la maladie. Les « mucos » s’adaptent aux différentes phases de la maladie (phase diagnostique, phase de crise, phase aigüe, phase de come-back) pour que la pratique reste ou devienne une source de plaisir et/ou de santé. Prises, déprises, reprises, ils mettent en veille ou réactivent leurs dispositions sportives incorporées pendant l’enfance afin de garder une « prise » sur leur maladie. Par la pratique sportive, les « mucos » exercent une forme de contrôle sur leur corps et conservent, même si elle est limitée, un pouvoir sur leur maladie.

Mots-clés
trajectoire, carrière, sport, mucoviscidose

Thèse de doctorat STAPS - Lucie SCHOCH

Titre
Journalisme sportif dans la presse quotidienne : différences et inégalités sexuées dans les carrières, pratiques et productions en Suisse romande

Date de soutenance
Soutenance à Lausanne le 23 juin 2011
Soutenance publique à Strasbourg le 12 septembre 2011 (salle Table-Ronde, Misha, 13h30)

Résumé
Cette thèse de doctorat propose une analyse sociologique de la profession de journaliste de sport dans le contexte de la presse quotidienne généraliste romande. A travers des entretiens, des observations ethnographiques et l’analyse d’un corpus d’articles de presse, elle appréhende la fabrication des informations sportives et met en exergue les effets des processus de production sur le contenu des textes journalistiques. Elle montre que les styles professionnels des journalistes résultent d’une combinaison complexe de mécanismes imbriqués à un niveau structurel (les modalités de recrutement des journalistes, la division du travail, les contraintes organisationnelles des rédactions, etc.) et à un niveau interactionnel (au sein des rédactions et sur le terrain) où entrent en jeu des effets du goût et des expériences biographiques propres à chacun. Néanmoins, les rubriques sportives se révèlent être des organisations genrées et cela conduit la majorité des hommes et des femmes non seulement à avoir des profils de carrière différents, mais également à adopter des pratiques journalistiques sexuées et à produire des textes distincts. C’est ce qui explique que la récente féminisation du journalisme sportif, bastion masculin de la presse romande, semble avoir encouragé l’émergence d’un style journalistique nouveau.

Composition du jury
COHEN Evelyne, professeure (ENSSIB - Université de Lyon) - Rapportrice
LE FEUVRE Nicky, professeure (Université de Lausanne) - Rapportrice
MARCHETTI Dominique, chargé de recherche (Centre National de la Recherche
Scientifique)
OHL Fabien, professeur (Université de Lausanne) – Directeur
RAUCH André, professeur (Université de Strasbourg) – Directeur
TRIBOU Gary, professeur (Université de Strasbourg) – Rapporteur

Thèse de doctorat STAPS - Simone DIGENNARO

Titre
L’intervention sociale par le sport : aspects culturels et stratégies politique. L’exemple de l’« Unione italiana sport per tutti » et du « Centro sportivo italiano ».

Co-tutelle internationale de thèse de doctorat en Sciences du sport (STAPS) présentée par Simone Digennaro
Université de Strasbourg et Université de Tor Vergata (Rome 2)
4 avril 2011

Co-Directeurs
Pr. William Gasparini (Equipe de recherche en Sciences sociales du sport, Université de Strasbourg)
Pr. Nicola Porro (Université de Cassino et Professeur associé à l’Université Tor Vergata)

Résumé
La thèse consiste à étudier la genèse, la structure et les enjeux de l’espace de l’intervention sociale par le sport en Italie: comment se développe le souci du « social par le sport » en Italie ? A quel moment ce souci émerge-t-il ? Quelles organisations sociales et sportives  s’en occupent ? Qui sont les acteurs de ces organisations ? Quels sports sont proposés, pour quel but et selon quelle idéologie? A partir de ce questionnement général, l'analyse propose d’abord un éclairage sémantique, historique et stratégique à partir de trois entrées : définir le sport comme intervention sociale et saisir l’évolution de cette catégorie; délimiter depuis la fin du XIX siècle quelles sont les fonctions attribuées au sport en Italie et repérer les acteurs qui organisent le sport social dans chaque état du système sportif italien ; analyser le jeu des acteurs qui organisent le sport à des fins sociales et pour quelles raisons ou intérêts. A partir du postulat que le « sport social » est influencé par la relation qui s’établit entre le pluralisme de modalités d'organisation et de représentations de l'action sportive collective et le pluralisme d'identités socioculturelles de ses acteurs, l’analyse est envisagée à deux niveaux : d’une part, le plan de la « matérialité » des organisations sportives (nombres d’associations affiliées, effectifs de membres, budget, organisation interne, etc.) ; d’autre part, l’univers symbolique et les systèmes de justification construits par les acteurs du système.  L’analyse se fonde sur des études de cas à partir des monographies de deux organisations sportives italiennes : l’« Unione Italiana Sport per Tutti » (UISP) d’une part, principale organisation pour la promotion du « sport pour tous » en Italie et ancrée historiquement dans la mouvance politique de la Gauche italienne ; d’autre part, le « Centro Sportivo Italiano » (CSI), organisation de sport social en lien avec l’Eglise catholique italienne. Ces organisations constituent des exemples significatifs dans le champ de l’intervention sociale et sont analysés en détail au regard de leur position, leur mission, leurs acteurs, leur programme et leur systèmes de croyance.

Composition du jury
Prof. William Gasparini (Université de Strasbourg), co-directeur
Prof. Nicola Porro, (Université de Rome 2-Cassino) co-directeur
Prof. Antonio Lombardo (Université de Rome 2)
Prof. Alain Ferrand (Université de Poitiers), rapporteur
Prof. Sylvain Schirmann (Université de Strasbourg), rapporteur
Prof. Antonio Borgogni(Université de Cassino), rapporteur

Thèse de doctorat STAPS - Thomas RIOT

Titre
Sport et mouvements de jeunesse dans l’émancipation politique du Rwanda colonial. Histoire d’une libération imaginée (1935-1961)
(2 tomes, 618 pages)

Date de soutenance
15 mars 2011

Direction
Nicolas Bancel, professeur
Gilles Boëtsch, directeur de recherche

Résumé
Au détour des sources orales (rwandaises et missionnaires), des archives belges et missionnaires, de la presse et des monographies coloniales, cette thèse reconstitue les trajectoires anthropo-historiques des loisirs corporels rwandais. Au cœur de la « situation coloniale », il s’agit de scruter le rôle joué par une pratique corporelle locale (l’Itorero) et les sports et mouvements de jeunesse d’origine occidentale dans le procès d’émancipation politique du Rwanda sous domination belge et chrétienne. Entre 1935 et 1948, les avatars de l’Itorero colonial reflètent la réinvention d’une culture corporelle locale (intore) et formatrice d’une élite sociale exclusivement puisée dans les rangs de la jeunesse autochtone dirigeante. De 1940 à 1954, l’introduction du sport d’origine occidentale au Rwanda raisonne avec une recomposition décisive de l’inégalité coloniale. Une expérience de la mérito-démocratie européenne, autour de laquelle se creusent les premières velléités d’émancipation des élites vis-à-vis de la domination coloniale. La décolonisation du pays se dessine entre 1954 et 1961. Au moment où des phénomènes mimétiques renforcent la diffusion des sports et des mouvements de jeunesse, ils contribuent d’une prise de conscience des schémas socio-ethniques sur lesquels ils se fondent. A terme, cette histoire des loisirs corporels au Rwanda montre que l’émancipation politique du pays se joue autour d’une double concurrence : entre colons et colonisés d’une part ; entre les élites hutu et tutsi d’autre part. Vers une libération imaginée…

Mots-clés
Rwanda, colonisation, sport, mouvements de jeunesse, créolisation, ethnicité.

Jury
Nicolas Bancel, professeur (Université de Strasbourg) – Directeur
Gilles Boëtsch, directeur de recherche (CNRS – Marseille, Paris) – Directeur
Pierre Boilley, professeur (Paris I – Sorbonne) – Examinateur
Jacques Defrance, professeur (Paris X – Nanterre) – Examinateur
Danielle de Lame, directrice de recherche (Musée royal de l’Afrique centrale – Bruxelles, Tervuren) – Rapportrice
Roger Some, maître de conférence HDR (Université de Strasbourg) – Rapporteur
Thierry Terret, professeur (Université de Lyon) – Rapporteur

Thèse de doctorat STAPS - Célestin YATIE YAKAM

Titre
Les formes d’Echanges et de pouvoir dans le football au Cameroun.
Contribution à une analyse des enjeux sociaux du sport de haut niveau en Afrique subsaharienne

Date de soutenance
26 Octobre 2009

Composition du jury
William GASPARINI, Professeur à l’Université de Strasbourg (Directeur de Recherche)
Otto J.  SCHANTZ, Professeur à l’Université de Koblenz
Gilles Vieille MARCHISET, Maitre de conférences HDR à l’Université de Franche Comté
Gary TRIBOU, Professeur à l’Université de Strasbourg

Thèse de doctorat STAPS - Clotilde TALLEU

Titre
Etre ensemble dans les associations sportives. Contribution à une sociologie des sociabilités.

Thèse de doctorat en STAPS, soutenue au Palais universitaire de  l’Université de Strasbourg, le 5 octobre 2009

Composition du jury
Maurice BLANC,  Professeur de sociologie à l’UdS (président),
Jean-Paul CALLEDE, Chargé de recherche HDR au GEMAS-CNRS, Paris, rapporteur,
Jacques DEFRANCE, Professeur en STAPS, Université de Paris Ouest Nanterre, rapporteur
William GASPARINI, Professeur en STAPS, Université de Strasbourg (directeur),
Anne-Marie WASER, Maître de conférences, (absente).

Résumé
Dans une approche mêlant influence des situations et des dispositions, notre thèse se donne pour objectif d'apprécier l'action de diverses instances de socialisation dans la construction des sociabilités sportives. L'enquête qualitative réalisée auprès de quinze clubs sportifs de Strasbourg révèle que les sociabilités résultent d'un jeu entre les je des adhérents isolés avec leurs propriétés personnelles et le nous du groupement associatif avec ses traits caractéristiques. Si cette interdépendance entre logiques individuelles et logiques collectives conduit à rapprocher l'association sportive d'une configuration (Elias, 1991), toutes les instances de socialisation n'exercent pas le même poids dans la structuration des affiliations sportives. De ce point de vue, qu'il s agisse des pratiques de sociabilité, de la construction des relations ou de l'articulation entre le réseau sportif et les autres registres relationnels, la formation des individus par le social et notamment la succession des positions dans le cycle de vie exercent une influence prépondérante. Pour autant, nous ne pouvons faire abstraction de la sphère de vie collective de l'association sportive qui oriente pour une part les relations et les pratiques de ceux qui s'y investissent. Cependant, si ces variables définissent des limites de possibilité et constituent la base des affiliations des pratiquants, les associations sportives laissent une marge de liberté à l'expression de particularismes individuels socialement construits. L'adhérent peut choisir dans une certaine mesure ses pratiques, ses liens et les mettre en relation avec d'autres pour construire activement les structures de sa sociabilité.

Thèse de doctorat SR - Julien PIERRE

Titre
S’investir corps et âme en entreprise. Contribution à une sociologie de la mobilisation des cadres par le sport
(4 tomes, 1141 pages)

Date de soutenance
16 juin 2009

Direction
William Gasparini, professeur à l'Université de Strasbourg

Résumé
Quelle est la participation du sport au régime de mobilisation des cadres dans les grandes entreprises ? À partir de cette question à la fois liminaire et centrale, nous soulignons certes les propriétés du sport dans son acception pratique (celle d’une mise en mouvement du corps) mais, au-delà, nous entendons révéler le pouvoir mobilisateur de l’offre de services sportifs, entendue comme la simple possibilité pour les cadres de pouvoir s’y adonner. À la croisée de la sociologie du sport et du travail, notre recherche s’inscrit dans le sillage des travaux de Norbert Élias qui rattache la participation des sports – en tant que pratiques physiques – au contrôle de soi. Prolongeant son analyse, nous souhaitons montrer que l’offre sportive des entreprises du secteur tertiaire peut également contribuer au renforcement de l’autocontrôle des cadres, même s’ils ne pratiquent jamais une activité in situ. Est ainsi mis en exergue le pouvoir symbolique lié aux services sportifs "offerts" par l’entreprise : les cadres peuvent en effet percevoir le sport comme un privilège distinctif et interpréter sa présence comme un don de l’entreprise. Le sport participe alors à faire naître chez ces élus de l’entreprise le sentiment qu’ils sont redevables des « efforts » que cette dernière consent pour assurer leur bien-être. En somme, ce don appelle un contre-don qui peut se traduire par un engagement supplémentaire des cadres au travail. Ainsi, à la lumière d’études monographiques menées chez Nestlé et Adidas, puis d’une enquête ethnographique in vivo chez Steelcase, nous montrons comment l’offre sportive les incite à s’investir corps et âme au travail tout en notant qu’elle est susceptible de générer une forme de violence symbolique.

Mots-clés
Sport, entreprise, mobilisation, ressources humaines, autocontrôle.

Jury
Isabelle BARTH (Pr, EM Strasbourg, Présidente du jury)
David COURPASSON (Pr, EM Lyon, examinateur)
Jacques DEFRANCE (Pr, UFR STAPS Nanterre, rapporteur)
William GASPARINI (Pr, UFR STAPS Strasbourg)
Danièle LINHART (Directrice de recherches CNRS, Paris, rapporteur)

LAUREAT D’UN « PRIX DE THESE » DE L’UNIVERSITE DE STRASBOURG 2010