Journée d'étude sur "la présence corporelle en situation professionnelle : caractérisations et enjeux méthodologiques"

À la uneÉvénement à venir
Journée d'études

Le laboratoire Sciences sociales du sport, la Faculté des sciences du sport et l'INSPE de Strasbourg vous annoncent l'organisation d'une journée d'étude qui se déroulera le jeudi 21 mai 2021 en distanciel portant sur la présence corporelle en situation professionnelle : caractérisations et enjeux méthodologiques

L'objet de notre JE prend un sens particulier dans le contexte actuel où l'enseignement en présentiel et à distance est largement discuté. Comment cette présence corporelle est étudiée dans les recherches actuelles ? Comment est-elle abordée dans les formations professionnelles ?

21 mai 2021
En ligne

Coordinatrices :

  • Lisa Lefèvre (Docteure en STAPS)
  • Christelle Marsault (MCF)
  • Sabine Cornus (MCF)


Laboratoire : UR 1342, Sport et Sciences Sociales
INSPE de l’Académie de Strasbourg et Faculté des Sciences du sport

Depuis les travaux en phénoménologie (Merleau-Ponty, 1960), reconnaissant le corps comme prémisse de l’engagement au monde, la présence corporelle induit plusieurs facettes : « être-là », « être-ici et maintenant », « être devant » ou encore « être près de ». Les travaux récents étudient celle-ci en questionnant la temporalité, le corps, la spatialité et l’œuvre (De Giorgi, 2017 ; Cornus & Marsault, 2014). Mais la présence convoque également la disponibilité, l’engagement perceptif comme attentionnel (Chateauraynaud, 1997). Elle est analysée à travers les indicateurs de la communication verbale et non verbale (Jourdan, 2018). Et ces descriptions de la présence se focalisent sur ses polarités ou ses nuances : présence/absence, sa consistance ou encore ses degrés d’engagement. Mais la présence corporelle semble s’inscrire aussi dans une nouvelle compétence attendue : les soft-skill (Tan & Tang, 2018). De ce fait, la présence peut être caractérisée à partir de la fluidité de l’action par rapport à un projet dans un contexte professionnel devenu incertain (Champy, 2018). Elle suppose ainsi une disponibilité du sujet à percevoir les potentialités de l’environnement pour s’y adapter (Cornus & Marsault, 2014).

Se définissant comme une expérience à l’instant T (Dewey, 1934), elle est rendue visible à travers l’analyse gestuelle. Et en s’inscrivant dans une approche sensorielle et sensible de l’action, elle permet de documenter la relation individu-environnement à partir de l’action en train de se faire.

Comment la présence corporelle est-elle appréhendée dans les savoirs professionnels ? Si la présence correspond à un état d’ouverture sur un état de sensation du rapport à soi et au monde, comment rendre visible l’expérience de la présence ? Finalement, la présence est-elle une compétence ou simplement un effet observable ?

Cette journée d’étude a pour ambition d’aborder, à partir de différentes approches scientifiques, les caractéristiques de la présence corporelle et les aspects méthodologiques pour la documenter. Les propositions de communication pourront porter sur différents secteurs professionnels de l’enseignement et de l’éducation.


L'enjeu de cette journée d'étude a pour ambition d'aborder les caractéristiques de la présence corporelle des professionnels et les aspects méthodologiques pour la documenter. Inscrite dans les soft-skill, la présence se définit par différents éléments : fluidité, disponibilité, adaptabilité et prise en compte du sensible. Les propositions de communication pourront porter sur différents secteurs de l'enseignement et de l'éducation. Pour toutes informations concernant cet appel à communication, vous pouvez vous référer au site:

https://inspe.unistra.fr/recherche/vie-scientifique/manifestations-scientifiques/20202021/journee-detudes-20-mai-2021-la-presence-corporelle-en-situation-professionnelle-caracteristiques-et-enjeux-methodologiques/

Les propositions de communication sont à envoyer par mail à
 lisa.lefevre[at]unistra.fr et marsault@unistra.fr
avant le 20 avril 2021 sous la forme d’un résumé de 400 mots, comportant un titre et accompagnés des coordonnées du ou des auteur(s).
Les communications se présenteront sous différentes formes : générales et par atelier thématique.

La journée d’étude sera organisée en distanciel et sera accessible via un lien qui vous sera communiqué


Références bibliographiques

  • Champy, F. (2018). La sociologie des professions. Paris :Presses universitaires de France.
  • Chateauraynaud, F. (1997). Vigilance et transformation. Présence corporelle et responsabilité dans la conduite des dispositifs techniques. Réseaux. Communication-Technologie-Société, 15(85), 101-127.
  • Cornus, S., & Marsault, C. (2015). L’observation de la présence dans des situations d’improvisation en danse : l’incertitude comme condition d’apprentissage. Spirale-Revue de recherches en éducation, 56(1), 49-63.
  • De Giorgi, M. (2017). Figurations de la présence. Esthétiques corporelles, pratiques du geste et écologies des affects sur la scène performative contemporaine (Doctoral dissertation, alma).
  • Dewey, J. (1934). The supreme intellectual obligation. Science, 79(2046), 240-243.
  • Jourdan, I. (2018). Présence de l’enseignant en classe. Un dispositif clinique de formation pour habiter son corps et sa voix. Recherches & éducations, (HS).
  • Merleau-Ponty M. (1960)— L’œil et l’esprit, Paris, Gallimard, (OE)
  • Merleau-Ponty M. (1960). L’œil et l’esprit. Paris : Gallimard, (OE).
  • Tang, K. N. (2018). The importance of soft skills acquisition by teachers in higher education institutions. Kasetsart Journal of Social Sciences. 41 22-27. doi.org/10.1016/j.kjss.2018.01.002