Programme JUSTICE  Joining Urban morphology, Spatio-Temporal and socio-cognitive accessibility for an Inclusive City Environment (JUSTICE) (2021-2023)


Laboratoire coordinateur : 

  • LIVE (Laboratoire Image Ville Environnement – Université de Strasbourg)
    Responsable scientifique : Alexis Conesa

Laboratoires partenaires :

  • CREAT (Centre de Recherches et d’Études pour l’Action Territoriale – Université de Louvain-la-Neuve)
  • IGEAT (Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire – Université Libre de Bruxelles)
  • E3S (unité de recherche Sport et Sciences Sociales)

 Autres partenaires :

  • Konya Metropolitan Municipality
  • STIB-MIVB (Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles)
  • CAWaB (Collectif Accessibilité Wallonie Bruxelles)
  • NEU (Necmettin Erbakan Universitesi)

Équipe Sport et sciences sociales :

  • Sandrine Knobé (IGR HDR) est la co-directrice de la thèse financée par le projet.
  • Michel Koebel (PR) coordonne l’enquête qualitative participative (Work Program 4) dans les trois pays.
  • Derya Uygun (doctorante) est impliquée dans l’enquête qualitative en Turquie.

Financements :

  • ENUAC (Era-Net Urban Accessibility and Connectivity) European research project no. 875022.
    Le projet correspond à un budget total de 1 096 000 €, dont un financement de 299 800 € de l’ANR.

Présentation :

Dans une perspective pluridisciplinaire, le programme JUSTICE vise à réexaminer les questions d'accessibilité intra-urbaine en jetant un pont entre deux domaines de recherche qui se sont pour la plupart ignorés. D'une part, les sciences sociales et spatiales (y compris la sociologie, l'anthropologie, l'aménagement du territoire et les études urbaines) qui ont largement débattu du fait que les mobilités concrètes (et donc l'accès à la ville) peuvent être limitées par les inégalités sociales, physiques et sociocognitives dans un contexte où les espaces publics, les systèmes de transport public et les bâtiments ne sont pas conçus pour être pleinement inclusifs. Ces contraintes renforcent sans doute la nature intrinsèquement inégale de l'accessibilité selon les lieux et les époques. D'autre part, la recherche quantitative en géographie a mesuré et modélisé des modèles d'accessibilité qui ignorent les inégalités susmentionnées, en supposant implicitement que l'accessibilité est inclusive.

Le programme JUSTICE s'appuiera sur l'idée même que l'accessibilité n'est pas la même pour tous. Les exercices de modélisation seront ainsi multipliés et affinés pour quatre publics spécifiques souffrant de contraintes de déplacement et d'aménagement urbain : les personnes en situation de handicap moteur ou visuel (aveugles et/ou malvoyants), les personnes âgées et les personnes socialement défavorisées. L'implication des personnes concernées et des parties prenantes permettra de comprendre comment les inégalités sociales et les situations de handicap affectent l'accessibilité dans une optique d’élaboration de politiques d'accessibilité inclusives.