Covid-19 : comment le MWM s'est adapté ?

La crise sanitaire, sociale et économique sans précédent que l'on vit actuellement a bouleversé toutes les formations. L'université a, durant plusieurs semaines, fermé ses portes, obligeant le Master Wellness Management à s'adapter à la situation.

Le contenu du programme a dû être réorganisé en profondeur pour assurer la continuité des enseignements. Cette distance n’a pas empêché de maintenir la dynamique des cours notamment grâce aux intervenants qui ont su rendre les cours interactifs mais aussi grâce aux étudiants qui activent tous leur caméra, ce qui permet de maintenir une réelle cohésion de groupe.

Victorine, étudiante en M1 et par ailleurs déléguée de la promotion, a répondu à nos questions :

Peux-tu commencer par te présenter ?

Je m'appelle Victorine, j’ai 21 ans et je suis actuellement en première année de Master Wellness Management à Strasbourg. Je suis en alternance au sein du Comité de Basket du Bas-Rhin, pour travailler sur le projet du Basket Center. 

Comment vis-tu, à titre personnel, les différents confinements ?

Personnellement, j’ai eu plus de temps pour travailler, pour m’occuper de moi, pour cuisiner et surtout pour faire du sport. Après, j’ai bien conscience que mon ressenti n’est peut-être pas partagé par tout le monde. Mais, selon moi, on doit tirer le positif de cette situation, sachant qu’on y est contraint.

"Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté." Winston Churchill

Comment s'organisent les études en période de confinement ?

Au début du deuxième confinement, en tant qu'alternant, nous étions dans nos structures respectives. Fin novembre, on a repris les cours à distance. Les professeurs ont tout mis en oeuvre pour que l’on puisse bénéficier d’un enseignement de qualité. Les cours en visioconférence permettent d'assurer la continuité des enseignements malgré tout.

Quel est ton ressenti sur les cours en visioconférence ?

Le fait d’être seulement 14 étudiants dans la promo facilite les échanges entre les étudiants et les professeurs. J’irai même plus loin dans mes propos, il y a une sorte de bienveillance qui s’est installée. Au niveau de la concentration, comme on se sent bien pendant le cours, on n'a pas de difficulté particulière à se concentrer. Je pense même que dans certains cours, le fait d’être chez soi, devant son ordinateur nous met plus en confiance et cela facilite les échanges et donc l'interactivité durant les cours. Après, il est vrai que la fatigue liée à l'ordinateur se fait ressentir en fin de journée, au niveau des yeux et de la tête.

Et dans vos structures comment ça se passe ?

Personnellement, je suis au chômage partiel, en télétravail. Sur l’ensemble des étudiants de première année, plus de la moitié est également au chômage partiel.

Pour conclure, quels sont les points positifs et négatifs que tu tires de ce deuxième confinement ?

En tant qu'alternante, je me sens chanceuse d’avoir un Master et des professeurs qui ont su s’adapter rapidement à la situation, en nous proposant une formation à distance. De plus, le contenu proposé s’est avéré être constructif et intéressant. Malgré tout, il manque cette notion de “lien social” que ce soit avec les autres étudiants, les professeurs, les intervenants extérieurs et nos collègues de travail. J’ai donc hâte de retrouver le chemin de la faculté et de ma structure professionnelle !