Yacine TAJRI, lauréat du prix de la thèse de l'Université de Strasbourg (Promotion 2021)

À la une
Distinction

Titre de la thèse: L’éducation physique des élèves déficients durant le second vingtième siècle (de l’après guerre à la fin des années 1990)

Yacine TAJRI, lauréat du prix de la thèse de l'Université de Strasbourg (Promotion 2021)

Titre de la thèse : L’éducation physique des élèves déficients durant le second vingtième siècle (de l’après‑guerre à la fin des années 1990)

Thèse en STAPS (mention sciences sociales), soutenue le 12 novembre 2020 à l’Université de Strasbourg.

 Jury : C. Dorison (examinatrice), C. Collinet (examinatrice), T. Froissart (co-directeur), J. Fuchs (rapporteur), J. Saint-Martin (co-directeur), C. Vivier (rapporteur)

Résumé de la thèse  

Cet objet d'étude a pour but de mettre en lumière comment, dans les conceptions et les pratiques, les publics scolaires considérés comme vulnérables corporellement sont pris en charge par l’école et plus particulièrement comment les acteurs de l'éducation physique se mobilisent-ils pour proposer une offre culturelle, le plus souvent, inédite. Durant le second vingtième siècle, la population étudiée est qualifiée de différentes manières par l’institution scolaire en renvoyant à diverses représentations du handicap selon la période considérée : déficient, inapte, handicapé ou encore dispensé. Par là, le vocabulaire choisi nous renseigne sur la vision et les représentations de l’enfance et de l’adolescence en fonction de ce qui relève de la norme ou du hors‑norme. Quelles innovations les enseignants d'EPS vont-ils entreprendre pour promouvoir chez ces élèves une culture corporelle minimale depuis la Seconde Guerre mondiale ? Au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, comment s'opérationnalise le contrôle des corps des élèves fragiles ou handicapés ? Sur quelles normalités se fondent les acteurs pour orienter les élèves vers une santé acceptée et acceptable en fonction de critères précis ?

Le principal objectif de cette thèse est donc de montrer la physionomie d’une éducation physique à destination des élèves vulnérables tout en dégageant les représentations qui en conditionnent l’existence. Sans oublier de donner une certaine épaisseur aux interprétations esquissées, il s’agit aussi de rendre compte des acteurs ayant pris part à l’élaboration de ce dessein, tant dans les intentions que dans les réalisations ou les marges. Au-delà d’une simple chronologie marquée de ruptures et de continuités, nous montrons de quelles manières les représentations du corps et de la santé, les normes, le jeu des réseaux et les luttes participent de la construction, du coloris ou du remodelage des pratiques adaptées en éducation physique, au gré de configurations façonnées par le temps.

Pour construire cette recherche, nous avons collecté des archives concernant l’éducation physique et la rééducation physique dans divers fonds. Ainsi, les archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine (notamment : ministère de l’Éducation nationale ; ministère de la Jeunesse et des Sports), les archives municipales de la ville de Strasbourg ou encore celles de l’INSEP ont été consultées. Elles ont été croisées avec un certain nombre d’entretiens ainsi que divers ouvrages et revues d’époque.